Incorpo

« Au départ, il y a ces deux corps. Notre savoir nous induit à penser qu’il s’agit de formes humaines. Mais si nous laissons notre imagination prendre le dessus et que notre pouvoir d’abstraction est assez grand, nous serons surpris de voir que ces corps deviennent tout autre chose : une matière organique en transformation constante, dont les limites ne s’arrêtent pas à la barrière épidermique et dont les formes glissent les unes dans les autres. De l’infiniment petit à l’infiniment grand, ces corps explorent leurs vibrations internes, font remonter l’agitation biologique à la surface, se laissent envahir par leurs pulsions instinctives, cherchent la source du mouvement dans des profondeurs charnelles. Tantôt distincts et spatialement séparés l’un de l’autre, tantôt unis dans une composition singulière aux allures fascinante et monstrueuse, ces corps organisent un territoire que notre imaginaire et nos projections peuvent venir habiter. Convoquant à la fois féminité, masculinité, bestialité, et matérialité, il ne s’agit plus de réfléchir mais de se laisser enfin aller, laisser surgir ce qui vient, ressentir ce qui surgit. De l’insecte à la créature fantastique, en passant par la pin-up et la figure de monstre le corps semble contenir tous ces modèles. Nous pouvons, ici, essayer d’en faire l’expérience »
Théo Keiflin


Distribution et crédits

Conception, chorégraphie et interprétation | Noémi Alberganti et Olivia Ortega
Composition et interprétation musicale | Maël Godant
Création lumières | Frédérique Jarabo
Photos | Amador Ortega
Vidéo | Vania Aillon
Production | Association Autotrophe
Résidence de travail | ADC Genève – Théâtre de l’Usine
Avec le soutien de | Ville de Genève – Radio Vostaock – G. Chapuis

Représentations

Genève, Théâtre du Galpon, du 27 juin au 8 juillet 2012 

Advertisements